Materiel Mouche

Plein soleil

Bonjour,

Cela fait maintenant quinze jours que je pêche avec l’HZS (Hardy Zenith Sintrix) en 9 pies soie de 4. Cette canne avait fait pas mal de bruit lors de sa sortie l’année dernière et j’avais succombé. Pour ceux qui serait en recherche d’une Excalibur, voici mes dernières impressions. L’essai à vide m’avait laissé une sensation de raideur que je n’avais pas retrouvée lors des lancés. Par contre à la première partie de pêche en rivière avec je me suis surpris à avoir mal au poignet, cela faisait longtemps qu’une canne à pêche ne m’avait pas fait cet effet 😉 Bref la raideur était bien là et si l’on ne verrouille pas correctement le poignet avec l’avant bras cela chauffe vite, la capacité d’amortissement de la canne étant assez faible. Je la déconseille donc à ceux qui lancent encore avec le poignet, une canne plus molle leur étant plus adaptée. La canne a également un peu de mal sur les très courtes distances (4-5 mètres) à se mettre en action, il faut dire que j’ai dessus la nouvelle VPT de Scientific Anglers dont la pointe est très légère, pratique pour faire les meddings et des posés en douceur mais délicate (trop) à courte distance et pour percer le vent, vraiment je n’en suis pas fan. Je pense que la canne donnée pour soie 4 est en fait une 4/5 comme me la suggérer JM51. Une soie type GPX ou Rio Gold devrait mieux lui convenir (faut que j’essaye aussi la TT dessus). La rapidité et la raideur de la canne la rend cependant très précise et directive mais c’est surtout lors du combat avec les belles truites qu’elle excelle, on peut tirer dessus et rapidement brider leur élan. En deux temps trois mouvement la truite se retrouve dans l’épuisette (à moins que le ferrage trop prompt ne lui retire la mouche de la gueule!). Du coup le plaisir de pêche avec cette machine à casser les reins des poissons sans ressent, un peu comme avec l’Hélios d’Orvis. Maintenant est-ce que je regrette mon achat, non mais je suis bien content d’avoir garder ma Winston pour les pêches plus fines à courte et moyenne distance.

Voici quelques prises qui ont succombé à l’HZS (cliquer pour agrandir):

à Bientôt.

www.domainedumoulinneuf.com

Anatomie d’une boite à mouche

Bonjour,

Cela fait maintenant 5 ans que j’ai une boîte à mouche C&F étanche à grande contenance (jusqu’à environ 900 mouches max), je n’avais jamais réussi à la remplir jusqu’à lors, perdant autant de mouches dans la saison que j’avais le temps d’en remonter l’hiver. Mais cette fois in-extremiste avant l’ouverture j’ai fini par la combler. Après près de 25 ans de pratique de la pêche à la mouche, j’ai petit à petit épuré le nombre de modèle utilisés en fonction des conditions de pêche que je rencontre sur les rivières que je fréquente: essentiellement calcaires avec une bonne population de mouches de Mai; et j’ai limité le nombre de boite pour n’en utilisé plus qu’une que je vous présente ici.

Elle est composée de 4 faces:

– 2 faces pour la pêche sous la surface

– 2 faces pour la pêche en surface (mais avec les streamers?????)

Il y a dedans quelques mouches que j’utilise pour le réservoir (streamers colorés, muppets, marabouts blanches) mais la majorité des modèles est pour la rivière. Certains modèles comme la phaisant tail olive sont montés en 4 tailles d’hameçon différents (14- 16 – 18 – 20) et 4 plombages différents pour pallier à toute les situations. Même si j’ai quelques modèles en 1 ou 2 exemplaires, la plupart sont montés en 4 exemplaires pour compenser les pertes dans une partie de pêche. Éventuellement si je sais que je vais utilisé beaucoup un modèle j’en monte encore 2 ou 3 que je mets sur le porte mouche. Les tailles d’hameçon vont du n°8 tige longe  pour les nymphes de mouche de mai et streamers au n°28 pour les micro-merdes (midges) mais la majorité des modèles vont du 12 au 20. Les hameçon utilisés sont tous sans ardillon et sont pratiquement tous des TIEMCO.

Quelques modèles m’ont été donnés (anorexiques) ou inspirés par d’autres (nymphes tressées à Serge).

Cela pourra servir de base à ceux qui débutent dans le montage et qui veulent constituer des boites (plus petites) ou une grosse comme la mienne.

Pour la pêche en noyé je monte 2 ou 3  trains de mouches déjà préparés à base de mouches noyées classiques.

Voici donc la bête avec le détail des mouches (cliquer sur les images pour agrandir) :

sèchessèches et streamersNymphes à billesNymphes

Bon montage…

www.domainedumoulinneuf.com

Nouveaux

Bonjour,

Les pêcheurs à la mouche sont des grands enfants. Il suffit qu’apparaissent de nouveaux jouets pour qu’ils s’y intéressent et comme pour les enfants cela ne dure qu’un temps. “Geek“, c’est ainsi que les anglo-saxons de la toile dénomment (à tors) les férus de gadgets de haute technologie (si on peut considérer que les cannes à mouche en sont???). Je l’avoue je suis un peu (beaucoup) “Geek” et j’espère avoir gardé une peu de mon âme d’enfance.

Le père noël est passé un peu tardivement mais le colissimo arrivé ce matin a comblé ce retard.  C’est donc comme un gamin que j’ai ouvert ce paquet cadeau où ce cachait l’objet de mes désire: une nouvelle canne à mouche. “Encore” aurait pu me dire la petite voix de ma raison ou celle de ma femme. “Mais non leur aurais-je répondu, il y a longtemps que je n’en ai pas eu de nouvelle” (la dernière c’était ), enfin tout est relatif!

Donc voilà ma nouvelle favorite équipée de son destrier muni d’une VPT n°4:

A l’ouverture du fourreau (noir, la grande classe), j’avoue avoir été très surpris par l’étiquette de l’origine de fabrication:

Avec une maison Anglaise comme Hardy, on aurait pu s’attendre à  un endroit moins exotique du Commonwealth!

Bon, l’essentiel n’est pas là, ce qui compte c’est quand même ce qu’elle a dans le ventre, rien de mieux alors que de la comparer à mon ancienne compagne qui elle aussi avait fait l’objet d’un test.

Côté esthétique rien à redire, si le liège ne tient pas la comparaison avec certaines fabrications artisanales il est quand même de bon aloi, aussi bon que la winston mais avec quelques petites tâches noires:

A gauche la Winston BIIX à droite l’Hardy Zenith.

Par contre les points d’alignement présents sur l’Hardy et non sur la Baronne ne sont justement pas bien alignés entre le premier brin et le talon, si on les suit le moulinet n’est pas dans l’axe du premier anneaux (pour une canne de ce prix, on frôle l’inadmissible)!

Autre surprise de taille c’est le poids sur la balance, annoncée à 81 g l’Hardy est en fait à 87,23 g alors que la Winston affiche seulement 80,76 g, certes le surplus de poids sur l’anglo-asiatique est surtout dans le porte moulinet très stylé mais même le scion affiche près d’un gramme de plus que l’américaine. De ce fait il suffit de 145 g moulinet+soie pour équilibrer la Winston, alors qu’il en faut 170 g pour la Zénith.

Côté finesse du blank c’est kif-kif avec un léger avantage à la Winston un peut plus svelte:

à gauche la winston à droit l’Hardy.

Maintenant quand est-il de l’action? Pour l’Hardy Zenith soie de 4 l’action est plus parabolique que pour la même canne en soie de 5 qui affiche une courbe beaucoup plus marquée de pointe. Elle est même plus parabolique que la BIIX, de ce fait l’action se rapproche fortement de la BIIIX avec une action que l’on peut qualifié de “semi-parabolique progressive”:

à gauche la BIIX, à droite la Zénith qui plie plus bas.

La progressivité de l’action de l’Hardy se fait bien ressentir la soie dans les anneaux. Alors qu’à vide elle paraît un peu raide, elle est en fait très douce au lancé et délivre sa puissance à toute les distances dans un gant de velours. Il n’y a pas ce flottement de la soie que l’on a sur la Winston à grande distance, mais la température à -6°C rendait la soie raide comme un serpentin de foire, ce qui ne facilitait pas du tout le shoot final. Plus lourde que cette dernière, la Zénith est de fait aussi plus puissante sans pour autant être un bâton avec un scion qui demeure sensible (çà c’est pour Bertrand ;-)!). Bref , les lancés sont très faciles et la gestion des emmanchements qui ne crée aucun plat permet à la canne de réagir quelque soit son chargement.

Ceci est confirmé avec un beau poisson où la canne vient à plier jusqu’à la poignée:

La combinaison avec le Fulgor de Peux est plutôt réussi je trouve, mais il faut aimer le moderne:

Cette canne fait très bien son job avec un poisson, encaissant parfaitement les coups de tête même sur fil fin (ici en 12%) mais son rapport qualité/prix n’est tout de même pas à son avantage vis à vis de son poids, de son origine et de sa finition.

Belle arc qui a succombé à la Zénith, faut dire que le frein micro-métrique du Fulgor a bien aidé:

[vimeo]http://vimeo.com/36224654[/vimeo]

Je pensais remplacer la Winston par cette nouvelle canne mais en fait je vais garder les deux, utiliser plutôt la Winston pour les pêches de l’ombre et à courte et moyenne distance et réserver l’Hardy aux belles truites et aux rivières plus larges et pourquoi pas l’essayer avec une Teeny 130 pour les petits streamers et la noyée…

A bientôt.

www.domainedumoulineuf.com

Duel au Sommet: le retour

Bonjour,

Je profite de la trêve hivernale pour faire le point sur mon matériel notamment essayer ma nouvelle acquisition, une canne dix pieds soie de 4 de chez Orvis. Il n’est pas évident de trouver de bonnes canne en 10 pieds dans des numéros de soie si petit, d’ailleurs beaucoup de fabricants n’en proposent même pas…

Lire la suite…

Duel au Sommet

Après avoir fait 900 Km en deux jours pour voir la basse rivière d’Ain passée de 80 à 500 m3/s, j’étais très content de revenir au bercaille (même si j’ai tout de même mis à l’épuisette un ombre de 48 cm, mon plus gros) pour acceuillir mon ami Ben pour une partie de "Street Fly Fishing", le but étant de pêcher tous les ponts et parapets de la ville exeptés cependant dans la réserve même si tous les poissons retrouvaient leur élèment. Coup de chance il n’y a pratiquement qu’ici qu’il fait beau et on a peu aleterné la pêche à vue, la pêche eu fil et un peu la sèche. C’etait l’occasion aussi de tester son nouveau matos, une Orvis Hélios 9’4" midflex 8.00 et de la comparer à ma Winsto BIIX 9’4", toute les deux en 4 brins.

Côté finition, on peut déjà apprécié le tube de l’Hélios en Carbone, il donne donne déjà une sensation de légereté et la finition carbone de la même couleure que la canne est du plus bel éffet. Pour la Winston c’est du clasique en alu (plus lourd) avec une jolie couleur verte. Quand on sort les cannes du fourreau, on voit tout de suite qu’il s’agit de cannes haut de gamme, c’est d’un beau vert bouteille pour la Winston, l’Hélios est quand à elle d’un vert "caca d’oie foncé" un peu moins classique mais d’un bel effet quand même.

Duel

Dans le détail, la finition de l’Hélios n’est pas à la hauteur de la Boron, l’épaisseur du verni n’est pas égal partout, le porte moulinet dorée fait bling-bling et ne tiens pas correctement tous les types de moulinet (il faut acheté un orvis!) et le fabriquant aurrait peu  laisser tombé les liserès  dorés au niveau des ligatures (mais c’est une affaire de goût!).


Portes moulinet

Par contre la qualité du liège est exellente comme sur la winston et l’épaisseur bien meilleure, ce qui ne gache rien à la prise en main. Le blank est un peu plus fin sur la Boron mais plus conique sur l’Hélios. Le montage est facilité sur l’Hélios grace à des marques d’alignement.

Alignement

 Les scions sont quasi aussi fins (peu être un peu plus fin sur la Winston) mais l’anneau de pointe est plus joli sur l’Hélios. Elle est d’ailleurs équipée d’anneaux à mémoire de forme.

Scions

 Par contre, chose inadmissible pour une canne du prix de l’Hélios, un anneau (l’avant dernier) n’était pas monté dans l’aligement des autres sur le modèle testé.

Alignement anneaux

A la prise en main, la sensation de légereté est plus importante sur l’Hélios et cela se confirme sur la balance électronique avec 69,14 g pour l’Hélios (au lieu des 60 g annoncés) et 80,26 g pour la winston (au lieu des 74 g annoncés). En fait le poids de l’Orvis n’atteint pas le poids des deux premiers brins (vers le talon) de la Winston!!! Les cannes ont toutes les deux un très bon équilibre et ne piquent pas du nez. Avec un danielson Two-six sur la Winston (environ 110 g) et un vivarélli (environ 107 g) sur l’Hélios, les cannes s’équilibrent à la perfection.

Equilibre

Quand à la rectitude du blank, une petite surprise sur l’Hélios qui part légèrement vers la droite, donc apparament les anneaux n’ont pas été parfaitement positionnée sur l’épine.

Profil BIIX La Winston

Profil Orvis L’Hélios (cela tire très légèrement à droite).

Maintenant la soie mise dans les anneaux (une Symbole R2T de 4 pour les deux cannes), on constate que les deux cannes ont à peu près la même courbure de pointe (même si l’Hélios est en midflex il s’agit d’une 8.00, donc assez de pointe) avec cependant des emmanchements plus marqués sur l’Hélios (cela crée un plat). Maintenant on peut lancer. Pour la Winston c’est à la fois rapide mais moelleux, cela flotte un peu mais sans réel ondulation de la soie, au posé c’est précis surtout à courte et moyenne distance par contre au delà de 15 mètres cela laisse parfois à désirer. Avec l’Hélios en mains la sensation de légèreté maximum au lancé est maintenue, cela pousse vite, très vite, cela revient fort, c’est hyper rapide, précis à courte comme à longue distance, vraiment une grosse impression, rien à voir avec d’autres cannes qui se sont essayés à l’hyperlégereté (voir les IIt et les scott G2). Les amateurs de GLX classiques et de Renington NTI peuvent y aller les yeux fermés, ils ne seront pas déçus avec encore plus de légèreté. L’action me rapelle les RPL+ de Sage mais en beaucoup plus légé. Vraiment une canne idéale pour pêcher en nymphe à vue et en sèche à longue distance. La winston ravira plus amateurs de sèche à courte et moyenne distance même si elle se débrouille aussi pas mal à la nymphe.

L’Hélios marque une avancée technologique indéniable, un peu comme l’on fait les GLX en 1993 cependant pour une grande marque comme Orvis on devrait s’attendre à mieux en matière de montage et de finition. Moi je verrais bien acheté un blank et se le monter soi-même ou par un monteur professionnel. Maintenant en action de pêche le duel a continué avec un petit avantage à la Winston qui jouait à domicile mais l’Hélios n’a pas démérité même si elle s’est fait un peu surprendre par la vivacité des truites. Toutes deux tiennent très bien le poisson, sont rapides  au ferrage (voir très rapide pour l’Hélios) mais le scion demeure souple et amortie bien les coups de tête des poissons. Un peu plus en image (merci à Ben de s’être prêté au jeu):

Boron 1 Hélios 0

 

Truite

 

Truite 2

 

Truite 3

 

Truite 3

 

Epuisage

 

Truite 4

 

Epuissage 2

 

Epuisage 4

 

Epuisage 5

 

Action Hélios

à + 

 

Essai et avis canne winston

Cela fait  2 mois que j'utilise la canne winston boron IIX en 9 pieds soie 4, après de nombreuse prises plus ou moins grosses et conditions de pêche différentes voici pour ceux qui voudraient acquérir l'engin les remarques que j'ai pu dégagé de ces deux mois d'essai:

Pour:

– les 4 brins

– la légèreté

– une impression de douceur au lancer qui est très agréable même si les sensations sont du coup un peu gommées

– un scion souple qui permet d'ammortir les coup de tête des poissons d'où très peu de décrochage et de casse après le ferrage

– une réserve de puissance bien utile quand il faut lancer loin

Contre:

– la poigné trop fine même si je n'ai pas des mains de géant, 1 ou 2 mm de plus serait le bien venu

– la position du premier anneau qui est trop éloigné de la poingnée, du coup lors des shoots la soie à tendance à se balader et à faire le tour du blank, c'est un détail que je n'avais lu nul part et qui somme toute est assez genant

– le blank manque de directionnalité et la précision n'est pas toujours au rendez-vous à longue distance

– l'action assez de pointe et la rapidité du blank nécessite de mesurer les ferrages sous peine de casse avec des fils fins au ferrage.

Conclusion:

Il s'agit de la meilleure canne avec laquelle je n'ai jamais pêché, ce n'est pas encore la canne parfaite mais presque. C'est vraiment une merveille pour la pêche de l'ombre sur rivière moyenne, pour grande rivière un pied de plus serait le bien venu. Je ne peux que la recommander à ceux qui veulent se faire un petit plaisir car ses qualité supplantent largement ses quelques petits défauts.

Truite arc en ciel et winston

Les meilleures choses se font attendre.

Ma femme m'avait commandé une canne à mouche pour mon anniversaire (pour le 14 décembre 2006, si jamais il y en a qui ont la même idée pour 2007!) mais malheureusement cette canne à pêche n'est jamais arrivée. Je me suis donc résignié et j'ai attendu ce jours où j'ai pu enfin acquérir d'occasion une de ses fameuses winston Boron IIX et bien cela valait le coup d'attendre. Equipée d'un moulinet FW 2-6 et d'une soie symbole DT3 cette canne est une pure merveille à la fois de douceur et de puissance. Ce n'est pas en une soirée que j'ai pu dompté la bête et les lancers sont encore loin d'être précis mais je me suis supris à sortir toute la soie du moulinet (ce qui n'est tout de même pas courant avec une DT3). Je me demandais si je n'allais pas regretter de ne pas avoir acheter la sage Z-axis, l'avenir me le dira mais je crois que j'ai dors et déjà fait le bon choix. Maintenant il ne reste plus qu'à la faire connaître à mes partenaires à nageoire…Boron et FW

winston

Commentaires fermés sur Les meilleures choses se font attendre.

Enrouleur de soie

Dans son blog, tom58 nous faisait part de son bonheur d’avoir acquéri une soie naturelle. Précision, délicatesse, longévité la soie naturelle a beaucoup d’avantages. Son seul inconvenient est son entretien. Bien qu’il faut également dérouler et nettoyer les soies artificielles: personnellement j’essaye de le faire après chaque partie de pêche (c’est impressionnant la saleté que l’on peut retirer), cela rallonge largement leur durée de vie; les soies naturelles demandent à être sécher après chaque partie puis graissées avant de revenir onduler au gré des courants. Pour faciliter ces opérations, il existe des dérouleur de soie mais qui sont vendu à prix d’or dans le commerce. Il y a déjà plus de 10 ans j’ai décidé de fabriquer un de cet outil…

Lire la suite…